Les différentes procédures à savoir avant d’acheter une voiture d’occasion

La prise en charge de quelques précautions élémentaires s’avère essentielle pour éviter de mauvaises surprises lors d’un achat d’une occasion. En plus du bon fonctionnement du véhicule, le vendeur doit également fournir à l’acheteur certaines pièces de l’automobile. Afin d’obtenir un nouveau certificat d’immatriculation, plusieurs formalités officielles sont à réaliser auprès des centres agréés ou de la préfecture. Contrairement à l’achat d’une voiture neuve, celui de l’occasion nécessite beaucoup de vigilance de la part de l’acquéreur. Ce dernier doit vérifier plusieurs points pour éviter les ennuis.

Achat d’une voiture d’occasion : les premières vérifications à faire

Si vous envisagez d’acheter une voiture de seconde main, vous devez tenir compte de plusieurs critères pour éviter certains déboires. La carrosserie, la peinture, le contrôle technique, la mécanique font partie des points à vérifier avant de finaliser la transaction. Pour la peinture, par exemple, une simple présence d’imperfection de teinte peut remettre en question la valeur du véhicule. Concernant l’entretien, un carnet à jour doit vous être remis par le vendeur. Ceci vous permet d’avoir un suivi sur les différentes réparations de l’automobile. Si cette dernière a plus de 4 ans, alors il doit disposer d’un certificat de contrôle technique. Ce document est également à remettre au nouveau propriétaire avec les autres papiers administratifs de la voiture. Lors des premières vérifications, vous devez aussi faire un essai sur route pour détecter les problèmes mécaniques. Par ailleurs, n’oubliez pas de jeter un œil sur les différents systèmes embarqués.

Les pièces fournies par le vendeur lors d’un achat d’une voiture d’occasion

Lors d’un achat d’une voiture d’occasion, entre particuliers ou auprès des professionnels comme auto IES, les documents administratifs sont importants. En effet, ces divers papiers doivent être remis par le vendeur pour préparer les nouveaux certificats du véhicule. Avant de les remettre au futur propriétaire, ils doivent être remplis, datés et signés. Pour la préfecture, il y aura, par exemple, le certificat de cession. Si le vendeur est un professionnel, alors il est contraint de vous remettre un bon de commande ou une facture. Sur cette dernière figure le prix, le kilométrage ainsi que les caractéristiques du véhicule.L’ancienne carte grise (certificat d’immatriculation) est à barrer par le vendeur avant d’être remise au futur titulaire de la voiture. Celle-ci doit faire l’objet d’une mention « vendue le… », sans oublier la signature du vendeur. Ce dernier doit vous remettre aussi un certificat de non-gage.

Quand et où peut-on effectuer la demande d’un nouveau certificat d’immatriculation ?

Vous venez de réaliser une bonne affaire entre particuliers ou auprès d’un mandataire comme auto IES. L’étape suivante concerne la préparation des papiers administratifs, notamment le nouveau certificat d’immatriculation (carte grise). Ce document est essentiel pour identifier votre voiture, connaître ses caractéristiques, et notamment, pour savoir votre nom et votre adresse. Il s’agit d’une formalité obligatoire pour rester en règle avec la législation française. Sa demande doit se faire dans un délai de 15 jours après l’achat. Ce papier est à retirer à la préfecture ou directement en ligne depuis 2017. Lors de votre demande, les pièces que vous devez fournir sont le certificat de session, l’ancienne carte grise, votre pièce d’identité et votre justificatif de domicile.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*