Permis suspendu : que peut-on faire pour le récupérer ?

Si vous accumulez trop de points pour excès de vitesse, si vous êtes pris en train de conduire sans assurance ou si vous conduisez en état d’ivresse, l’Etat peut suspendre votre permis. La suspension de votre permis signifie que vous ne pouvez pas conduire votre voiture légalement. Ce qui vous empêche de vous rendre au travail ou de faire vos courses quotidiennes et vous oblige à trouver un autre moyen de transport. Obtenir le rétablissement de votre permis de conduire le plus rapidement possible devient alors vital. Lisez cet article pour connaitre tout ce que vous devez savoir.

Suspension de permis de conduire : ce qu’il faut faire

Un permis peut être annulé, suspendu ou invalide. Selon votre cas, votre permis peut être suspendu pour un certain nombre de raisons, notamment la conduite en état d’ivresse et la conduite dangereuse. Dans tous les cas, votre préfecture vous oblige à passer un examen psychotechnique et à effectuer une visite médicale.

Vous devez attendre une certaine durée avant que la fin de la suspension de votre permis ne soit prononcée par l’autorité locale. Cependant, il vous est conseillé de réaliser votre examen psychotechnique ainsi que votre visite médicale bien avant cette durée. L’idéal est de le faire 1 mois avant.

Étape obligatoire : faire un test psychotechnique

Un test psychotechnique est obligatoire, car il permet de revérifier votre aptitude à conduire sans danger. C’est un examen qui vise à tester vos reflexes, votre attention et votre coordination. Vous pouvez effectuer ce test auprès du Centre National de Tests Psychotechniques et obtenir votre rapport.

Un test psychotechnique est valide pendant les 6 mois qui suivent sont obtention. Pour effectuer ce test, vous devez emmener votre pièce d’identité, votre avis de suspension, ainsi qu’une enveloppe vierge timbrée. Faire un test psychotechnique coûte entre 70 à 120 euros.  Le rapport de ce test doit être amené à la préfecture de votre domicile.

Cas d’alcoolémie : analyse de sang ou d’urine.

Suite aux retraits de permis liées au taux d’alcoolémie et/ou à la consommation de substance stupéfiante, il est obligatoire de faire une analyse de sang et d’urine. Cette analyse peut être effectuer par tous les laboratoires et vous n’avez pas besoin d’ordonnance pour le faire.

Cependant, il est à noter que les coûts des visites médicales liées aux sanctions administratives ou judiciaires sont aux dépens de la personne concernée. Ces frais ne sont pas remboursables par les services d’assurance ou les mutuelles.

Effectuer une visite médicale pour permis de conduire

Cette étape est également obligatoire si vous tenez à votre permis de conduire. Elle doit obligatoirement être effectuer après le test psychotechnique car votre médecin de contrôle tiendra compte de ce test pour effectuer son diagnostic. Le rapport de la visite médicale est valide pendant 2 ans.

Une demande de visite médicale pour retrait de permis doit nécessairement être adressée auprès de la commission médicale primaire de votre préfecture ou sous-préfecture. Cet acte vous coûte 50 euros et son établissement nécessite la présentation de vos résultats d’analyse sanguine ou urinaire.

Pour vous faire prendre conscience des effets néfastes de l’alcool et des stupéfiants sur la conduite, l’Etat vous oblige à vous inscrire à un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Ce stage s’effectue auprès d’un organisme agrée par la préfecture et dure deux jours. Il est facturé entre 230 à 280 euros.

Après toutes ces étapes : aurais-je le droit de conduire ?

Après constatation de toutes ces étapes, le préfet pourrait vous remettre votre permis ou non. La décision du préfet se base notamment selon l’avis du médecin ou de la commission médicale qui a effectué l’analyse de votre état.

Seul un avis médicale favorable vous permet d’obtenir l’annulation de la suspension de votre permis de conduire. Et seul le préfet vous autorise à récupérer votre permis après la réception de cet avis.